Comment obtenir un prêt quand on est chef d’entreprise ?

Lorsque l’on est chef d’entreprise ou que l’on exerce une profession libérale, l’obtention d’un prêt peut rapidement prendre la forme d’un parcours du combattant. Vos revenus manquent de stabilité, alors les banques ne se bousculent pas pour vous accorder un crédit. Mais tout n’est pas perdu ! Vous disposez même de plusieurs moyens pour convaincre votre banque, et nous les avons répertoriés dans cet article.

Un dossier plus complet pour les chefs d’entreprises 

Rassurez-vous, les banques prêtent aux chefs d’entreprise. Néanmoins, au contraire d’un salarié, la stabilité de vos comptes en banque est directement liée à votre activité professionnelle. Pour la banque, vous représentez donc un risque plus important. 

Niveau personnel : des critères d’évaluation classiques

Lorsque vous êtes reçu par votre banquier pour une demande de prêt, vous êtes tout d’abord traité comme un emprunteur « classique ». Ainsi, la banque va vous demander les pièces habituelles (justificatif d’identité et de situation familiale), évaluer votre stabilité financière, s’assurer de la bonne santé de vos comptes bancaires, etc. Dans le cas où vous avez déjà contracté un prêt, votre banque vous demandera son tableau d’amortissement. Comme tout emprunteur, mettez en avant votre apport grâce à votre épargne ou votre assurance vie. Si l’apport demandé pour un prêt immobilier se situe généralement autour des 10 % de la somme totale, sachez qu’un apport plus élevé vous ouvrira plus facilement les portes du crédit. 

Niveau professionnel : votre entreprise est scannée 

L’objectif de la banque est toujours le même : s’assurer de votre capacité à rembourser votre crédit dans les temps. Adaptez-vous à cette attente, et efforcez-vous de démontrer que votre activité est bien portante, croissante et durable. Pour cela, vous devez présenter des preuves : votre dossier. Naturellement, il comprendra plus de pièces qu’un dossier classique. Parmi elles, on pensera notamment :

Aux statuts de la société.

Aux bilans annuels (les trois derniers), qui devront bien entendu être bénéficiaires. 

À l’arrêt comptable de l’année en cours.

Pour rassurer votre banquier sur le bon remboursement de votre prêt, n’hésitez pas à présenter un co-emprunteur, idéalement en CDI. Il pourra faire pencher la balance en votre faveur.

La voie est dégagée pour les professions libérales

Pour les professions libérales, la situation est légèrement différente. Les établissements prêteurs apprécient le profil des professions libérales. Dans leur grille de lecture, les banquiers appréhendent les professions libérales comme des professionnels aisés, et des emprunteurs sûrs. Vous aurez donc plus de facilité à gagner la confiance de votre banque.

Il est néanmoins préférable de vous appuyer sur plus de deux années d’expérience pour témoigner d’une bonne stabilité d’emploi et de revenus. Présentez simplement vos déclarations d’impôts (formulaire 2035-SD) des deux dernières années, ainsi que l’arrêt comptable de l’année en cours. Si votre profil ne rassure pas votre banquier, il peut vous demander des cautions ou une hypothèque en complément en garantie. 

Le courtier : un allié précieux

Vous l’aurez saisi, il est plus complexe de demander un prêt lorsqu’on est chef d’entreprise. La constitution du dossier est hautement stratégique, et les démarches demandent plus de temps. Or, le temps est une denrée précieuse, pour un chef d’entreprise, comme pour un futur propriétaire. Par conséquent, nous vous recommandons de faire appel aux services d’un courtier en prêts immobiliers. Il réalisera toutes ces tâches à votre place, et vous libérera l’esprit.

Votre courtier négocie des conditions de crédit aménagées

Vous ne pouvez pas esquiver les pièces à fournir dans votre dossier, mais un courtier peut négocier pour vous l’aménagement de vos conditions de crédit. Si vos revenus sont encore limités, mais qu’ils sont amenés à rapidement augmenter, votre courtier peut négocier pour vous un prêt à paliers. Vos mensualités seront évolutives pour suivre la progression de vos revenus.

Votre courtier constitue votre dossier

Le courtier en prêts immobiliers est un expert des secteurs bancaire et immobilier. Son métier, c’est trouver pour vous le meilleur prêt, c’est-à-dire le meilleur taux, mais également les meilleures conditions d’emprunt. On fait ici notamment référence aux assurances emprunteur. Pour cela, il vous appuie dans la constitution de votre dossier, et s’assure de la présence de toutes les pièces justificatives, ce qui réduit considérablement vos frais de dossier (puisque la banque passe moins de temps à traiter votre dossier). Il négocie ensuite lui-même auprès des banques. Vous n’avez qu’à attendre les résultats.

Gagnez du temps grâce à votre courtier

Enfin, avantage non négligeable, le courtier vous fait gagner du temps. En effet, lorsque l’on poursuit un projet immobilier, on a besoin de temps pour rechercher son bien, parcourir les petites annonces, se rendre en agence, etc. On a, de fait, peu de temps à consacrer aux tâches administratives, comme la constitution d’un dossier, ou le démarchage des banques. Ce constat n’est que renforcé lorsque l’on est chef d’entreprise. Dans ces conditions, recourir aux services d’un courtier vous libère d’un poids. Avec des courtiers en ligne comme Pretto.fr, vous n’avez qu’à simuler votre prêt en ligne et scanner vos pièces justificatives. Ensuite, c’est votre courtier qui s’occupe de tout !